PAIX ET SÉCURITÉ DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS : CE QUE DISENT LES EXPERTS

24 déc 2018

PAIX ET SÉCURITÉ DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS : CE QUE DISENT LES EXPERTS

PAIX ET SÉCURITÉ DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS : CE QUE DISENT LES EXPERTS

Quatre experts se sont réunis à Nairobi le 3 septembre 2018 avec le Bureau de l'Envoyé spécial pour la région des Grands Lacs afin de faire le point sur l'évolution de la situation politique et des conditions de sécurité dans la région des Grands Lacs et de réfléchir aux moyens que le Bureau de l'Envoyé spécial et d'autres partenaires pourraient mettre en œuvre pour faire face le plus efficacement possible aux tensions existant dans certaines zones de la région et de promouvoir la paix et la sécurité, conformément aux engagements énoncés dans l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération.

Quelques points à retenir :

  • Au sujet du rapprochement entre économie et politique : il serait plus avantageux pour les pays de la région des Grands Lacs de mettre en commun et de maximiser leurs ressources humaines et naturelles dans un environnement propice à la croissance et au développement, plutôt que de les gaspiller dans les violences. Le coût de l'instabilité dans la région est colossal en termes de souffrance humaine et de perte de potentiel de croissance et de développement. Ce sont ces nouveaux éléments qui devraient orienter l'action des dirigeants et des citoyens de la région.
  • Les citoyens ont déjà une voix, ils doivent la faire entendre et prendre en compte : les jeunes, les femmes et la plupart des citoyens de la région, comme ailleurs, espèrent voir leur vie s'améliorer, participer à la prise de décisions, être gouvernés de manière juste et transparente, être protégés et ne pas subir de violences. Quand des dirigeants ne prennent pas les mesures voulues, il faut aider les gens à exprimer pacifiquement leurs attentes et à demander des comptes, conformément aux différents engagements nationaux, régionaux et internationaux que leurs dirigeants ont pris.
  • Apporter de nouvelles solutions à des problèmes qui persistent : si aucune mesure n'est prise ou que les mesures prises ne sont pas adaptées, laisser les tensions s'exacerber peut avoir des conséquences irréversibles, notamment déboucher sur de nouveaux conflits. La région des Grands Lacs n'a pas besoin de plus de conflits ; elle a besoin de plus de développement, de plus de coopération, d'une feuille de route plus claire vers une prospérité partagée. Les outils et mécanismes en place, y compris les sanctions, les groupes d'experts, les forums des organisations régionales et internationales et les commissions bilatérales et trilatérales, comme celles qui s'occupent des réfugiés, doivent être utilisés au mieux et s'efforcer de produire des résultats.