Les questions de genre, de paix et de sécurité dans la région des Grands Lacs au cœur des discussions à Entebbe (Ouganda)

24 déc 2018

Les questions de genre, de paix et de sécurité dans la région des Grands Lacs au cœur des discussions à Entebbe (Ouganda)

25 novembre 2018

LES QUESTIONS DE GENRE, DE PAIX ET DE SÉCURITÉ
DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS AU CŒUR
DES DISCUSSIONS À ENTEBBE (OUGANDA)

Les questions de genre, de paix et de sécurité dans la région des Grands Lacs au cœur des discussions à Entebbe (Ouganda)

Entebbe (Ouganda), le 23 novembre 2018 – Les Ministres du genre des pays de la région des Grands Lacs se sont réunis aujourd’hui à Entebbe (Ouganda) pour examiner, approuver et faire avancer les questions liées aux politiques concernant la participation des femmes aux processus de paix et aux dialogues dans la région. Cette réunion fait suite à la neuvième Réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi, tenue le 8 octobre en Ouganda, au cours de laquelle les chefs d’État ont engagé les pays de la région à continuer de multiplier les efforts afin de parvenir à la parité absolue d’ici à 2023 et, dans l’intervalle, à assurer une représentation minimale de 30 % de femmes dans les processus de paix et la vie politique. Cette manifestation a été organisée conjointement par le Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), en collaboration avec le Centre régional de formation de la CIRGL à Kampala.

Les participants se sont notamment intéressés à la finalisation du Plan d’action régional visant à assurer la mise en œuvre immédiate et la promotion de la participation des femmes aux processus électoraux et démocratiques, y compris aux activités de consolidation de la paix.

La paix et la sécurité des pays de la région des Grands Lacs restent fragiles ; les raisons en sont multiples et variées, mais les causes profondes tiennent à un système sociétal ou à un régime politique dans lesquels les hommes détiennent le pouvoir et les femmes en sont largement exclues.

Au cours des vingt dernières années, une action concertée a été menée en vue de déterminer les différentes répercussions que les conflits et la violence ont sur les hommes, sur les femmes, sur les garçons et sur les filles, et d’y remédier. Cette action a conduit la communauté internationale à adopter collectivement, le 31 octobre 2000, la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité de l’ONU. Depuis lors, les Gouvernements des pays de la région des Grands Lacs ont pris diverses mesures pour favoriser la participation des femmes et la protection de ces dernières et pour assurer la prévention des conflits et la promotion de la paix.

Malgré ces efforts, les progrès restent lents et inégaux en raison de la complexité de la situation politique dans la région, d’où la nécessité et la volonté d’accélérer les progrès dans le cadre d’un plan d’action commun qui facilitera le suivi et l’évaluation de l’application de la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité.

Les pays de la région des Grands Lacs ont également pris des mesures importantes pour réduire les disparités entre les sexes dans la région. Par exemple, la législation et les politiques dans des pays comme l’Angola, le Kenya, le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi instituent expressément la discrimination positive, qui doit permettre d’atteindre la parité des sexes dans les organes de décision, notamment d’assurer que les femmes représentent au moins 30 % des effectifs dans ces organes.

Les pays se sont également efforcés d’atteindre les objectifs inscrits dans le Pacte de la CIRGL sur la sécurité, la stabilité et le développement et dans l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo (RDC) et la région, signés en 2006 et 2013 respectivement. Une politique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes est également en train d’être élaborée.

Dans le cadre de son mandat, le Bureau de l’Envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs tient systématiquement compte des objectifs liés à la problématique femmes-hommes et des priorités concernant les femmes et la paix et la sécurité dans la lutte contre les violences sexuelles liées aux conflits et collabore sur ce front avec la CIRGL et son Centre régional de formation basé à Kampala. À l’initiative du Bureau de l’Envoyé spécial, des missions conjointes de solidarité ont également été effectuées cette année par l’ONU, l’Union africaine, la CIRGL et ONU-Femmes au Burundi, en République centrafricaine, en RDC et au Soudan du Sud. La réunion de haut niveau tenue ce jour a rassemblé les Ministres du genre des six pays de la région des Grands Lacs ainsi que de hauts fonctionnaires de l’ONU, de l’Union africaine, de la CIRGL et de la SADC. Parmi les hauts responsables figuraient Saïd Djinnit, Envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs, et Zachary Muburi-Muita, Secrétaire exécutif de la CIRGL.